Le bois, une énergie économique

La France est, comme nombre de pays industrialisés, une consommatrices d’énergies fossiles (gaz et pétrole).
Ces énergies ne sont pas disponibles sur notre territoire et sont donc importées à 98%.
Depuis le 1 janvier 2013, le gaz a vu ses tarifs augmenter de 2.4% et l’électricité de 2.5% par an.
Contrairement aux énergies dites « classiques », le Bois Energie connaît une relative stabilité de son prix. (voir tableau « Evolution du coût des énergies en centimes d’euros TTc/kwh PCI »).

Le bois, une énergie efficace

Le bois, s’il est bien sec, a un pouvoir calorifique élevé et accorde à l’habitat une chaleur douce et confortable. Ce pouvoir calorifique varie en fonction des essences.
Le chauffage basé sur l’utilisation d’énergie « classique » consomme plus d’énergie qu’il n’en restitue. A contrario, le chauffage au bois restitue plus d’énergie qu’il n’en consomme.

Le bois, une énergie propre

Le bois est une énergie propre et renouvelable. Le CO2 libéré par la combustion du bois est identique à celui libéré lors de sa décomposition naturelle.
L’impact de la combustion est donc neutre.
D’autre part, l’utilisation du bois énergie participe à l’entretien de nos forêts et à leur survie puisque le bois prélevé est bois « d’éclaircie de forêt » et que les granulés, plaquettes et bûches densifiées sont la seconde transformation du bois dans les scieries.

Pour information, l’utilisation du bois permet de diviser les émissions de CO2 par 12 par rapport au fioul et par 6 par rapport au gaz. Source ADEME.

Le bois, une énergie pratique

Le bois énergie, quelle que soit sa forme, est propre et facile à stocker. S’il est de qualité (bien sec), il est très facile d’utilisation et sa mise en oeuvre très rapide.

Le bois, autre source d’économie

Le crédit d’impôt pour l’installation ou le remplacement d’un appareil de chauffage au bois, qui a pour objectif d’inciter les consommateurs à s’équiper d’appareils performants et respecteux de l’environnement.
Les ménages peuvent aussi bénéficier d’aides de certaines collectivités territoriales (départements, régions ou communes,…) pour la réalisation de travaux d’amélioration énergétique (liste sur www.qualit-enr.org).
Enfin, pour le moment, les travaux d’amélioration énergétique dans les bâtiments de plus de 2 ans font l’objet d’une TVA à taux réduite à 7%.

Les appareils de chauffage au bois

L’objectif des fabricants est d’améliorer les appareils de chauffage au bois afin d’amener la quantité « optimum » d’oxygène dans le foyer pour la combustion soit la plus complète possible, d’éviter les pertes de calories et d’assurer le meilleur rendement possible de l’appareil.
Plus le rendement de l’appareil est efficace moins le consommateur consomme de bois pour la m^me qualité de chauffe.
Deux autres aspects ne peuvent être négligés lorsque l’on parle de rendement d’un appareil : la qualité de l’installation et l’entretien.

Les appareils de chauffage au bois doivent être posés par des professionnels qualifiés qui sont à même de déterminer le dimensionnement nécessaire de l’appareil en fonction de la surface à chauffer, de le régler correctement mais aussi d’informer l’utilisateur sur les bonnes pratiques.
De même, pour que la performance de l’appareil soit pérenne, il est important que soient réalisés 2 ramonages par an, par des professionnels qualifiés.

Conclusion

L’instabilité des marches liés aux énergies fossiles (pétrole et gaz) et la nécessité de prendre des mesures en faveur de la prévention de l’environnement sont autant de facteurs qui laissent penser que le bois en tant que combustible a sa carte à jouer dans les années à venir.

Le bois énergie apparaît aujourd’hui comme l’une des meilleurs alternatives aux énergies fossiles dans la mesure où son coût est nettement inférieur, son renouvellement est beaucoup plus rapide que celui des autres énergies et son impact environnemental est nul.