Le bois constitue une source d’énergie renouvelable pour réduire vos factures énergétiques et votre dépendance aux combustibles fossiles ou à l’électricité.
Contrairement au prix des énergies fossiles, le prix du combustibles BOIS ne subit pas de fluctuations importantes, ce qui permet de garantir à ses utilisateurs une économie importante et durable.
Une fois acheté l’appareil à bois qui vous correspond (performance, rendement, etc,…), il est important de savoir acheter son bois, pour que votre poêle ou insert soit au maximum de ses capacités.
A moins de faire votre bois vous même et de la laisser sécher 2 à 3 années à l’abri dans un lieu ventilé, il va falloir trouver un fournisseur de buches pour la saison.

4 points à contrôler :

Contrôler la quantité

Il faut au préable définir l’utilisation de votre appareil (chauffage prinicpal, complément), en fonction de votre rythme de vie et donc du temps où il va être en fonction.
On trouve sur le marché des bûches de 1m, 50, 33 et 25 cm, fendu en sections de 10 à 15 cm.
Les buches se vendent en stères (quantité de bois contenue dans un cube de 1 m de côtés). Les buches ne sont pas régulières, donc la quantité de bois dans un stère n’est pas régulière. Il faut noter que de plus en plus de poêles vendus demandent des buches en 33, voire 25 cm.
Notons que plus le bois est coupé, plus il une a de manutention et donc plus le prix augmente. Par contre nous consommons moins de bois dans un foyer de 33 cm que dans un 50 cm.

Contrôler l’humidité

La combustion de bois humide est fortement déconseillée car elle est incomplète, libère des substances polluantes, et encrasse les vitres rapidement.
A volume égal, un bois humide fournit environ DEUX FOIS MOINS d’énergie qu’un bois sec. Ce bois humide ne permet pas à votre appareil d’atteindre sa puissance nominale.
Votre bois ne doit excéder les 20%, d’humidité, l’idéal étant inférieur à 15%.
Il faut interroger votre fournisseur sur la date de coupe et sur les conditions de stockage.
Astuce : Un bois sec sera plus sombre aux extrémités et son écorce facile à détacher.
Nous conseillons à tous d’acheter un humidimètre (peu onéreux) qui vous permettra de tester le taux de votre bois à la livraison.

Contrôler l’essence

Les feuillus durs (chêne, hêtre, bouleau, frêne, chataignier, charme, noyer, fruitier) sont les plus appréciés pour le chauffage domestique. Leur croissance étant pluis lente, leur densité est supérieure et leur combustion dure plus longtemps que les boisn tendres.
Ils sont en revanche plus onéreux.
Les feuillus tendres et résineux (épicéa, sapin, pin, mélèze, peuplier, saule) prennent feu plus facilement et brulenbt plus vite. Attention, les résineux émettent plus de goudrons et encrassent donc plus rapidement les conduits et tubages.
Les bois tendres mal stockés se dégradent rapidement.
L’utilisation de bois dits de « récup » est à proscrire dans le cas de quantité importante, si vous ne savez pas ce qu’ils contiennent (peinture, traitement, etc..), car ils peuvents dégaer des substances toxiques.

Assurer un bon stockage

Le plus efficace est de stocker les buches à l’extérieru, sous abris pour les protéger de la pluie, mais en veillant à ce qu’elles soient bien ventilés. Fendre le bois avant de la stocker améliore son séchage et plus tard sa combustion.
L’idéal est de disposer d’un volume suffisant pour se constituer un stock sur 2 ans et se garantir un bois sec.
On considère qu’un bois feuillu sèche d’1 cm par an, et un résineux de 2 cm par an.
En conclusion, le chois du bois(prix, qualité, etc..) est très importante et influera sur la performance de votre appareil et donc de votre confort, sans oublier votre facture énergétique.

schema_rendement_appareil tableau_cout_energie_ademe